Arabesque

dance academy

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur at vero adipiscing elit, sed do eiusmod.

Académie de danse Vanessa Feuillatte

elodie-langevin-professeur-danse-classique-académie-de-danse-vanessa-feuillatte

Elodie Langevin

Tous les mois, l’Académie met à l’honneur une personnalité de la Danse. Pour cette année, au-delà des rencontres inattendues ou VIP qui feront l’objet de portrait exclusifs, nous vous proposons de découvrir l’ensemble des professeurs qui enseignent au sein de l’Académie de Danse Vanessa Feuillatte. Ces interviews peuvent être profondes ou légères, décontractées ou sérieuses (enfin pas trop non plus) ou un savant mélange des deux. Notre objectif est de consacrer autant la personne que le professeur afin de vous faire découvrir ces merveilleuses personnalités qui font l’Académie.

Bonne lecture !!! 

LA RÉDACTION.

Bonjour Élodie ! Êtes-vous prêtes pour cette petite interview découverte ? 

Oui, bien sûr !

Tout d’abord, qui êtes vous ? 

Je m’appelle Elodie, j’ai bientôt 35 ans. J’ai grandi dans les Landes et j’enseigne la danse classique depuis 9 ans. J’ai d’abord enseigné à Besançon où j’ai développé une école grâce à laquelle mes anciennes élèves ont pu réussir des auditions, des concours ou des stages prestigieux (Opéra de Paris, Royal Ballet School, Académie Princesse Grâce de Monaco…). Je suis de retour dans ma région depuis cette année !

Quelles sont les disciplines que vous enseignez? 

J’enseigne la danse classique toute l’année et la barre au sol lors des stages de l’Académie de Danse Vanessa Feuillatte. 

Quand avez vous commencé l’enseignement? Racontez moi votre parcours!! 

J’ai commencé à enseigner la danse classique en 2008 après l’obtention de mon Diplôme d’Etat. Avant cela j’avais déjà effectué des remplacements et je donnais quelques coups de main à mes professeurs. Mais mon parcours est assez atypique ! En réalité je détestais la danse classique étant petite ! J’ai débuté à 6 ans avec ma sœur jumelle et il s’est avéré très vite qu’elle était beaucoup plus douée que moi… Je voulais bouger, sauter, et au lieu de cela je me retrouvais à travailler mon placement qui était loin d’être naturel… Mais tous les ans il y avait le spectacle de fin d’année et j’adorais ça. Donc chaque année que je me ré-inscrivais au mois de septembre, encore portée par le spectacle, et dès le mois d’octobre je faisais des crises pour ne plus y aller ! C’est seulement vers 12 ou 14 ans que j’ai réellement accroché et la passion ne m’a plus quittée. Les cours sont devenus techniques et j’ai adoré ça ! Enfin je faisais ces grands sauts qui me faisaient tant rêver !

Ensuite je ne me suis pas tournée naturellement vers l’enseignement. Mais, encore un élément saugrenu de mon parcours, c’est une très mauvaise professeure rencontrée au conservatoire de Bordeaux qui m’a donné envie d’enseigner ! Je la regardais mal corriger les élèves et je rêvais d’intervenir !

Quelle est votre vision de la danse? 

C’est une discipline unique. A la fois un art et une pratique sportive, la danse n’a pas d’égal pour moi. Dans un cours de danse on travaille son corps mais pas pour devenir plus musclé, plus mince, non on travaille son corps pour en faire quelque chose de beau, d’artistique.

Que cherchez vous à transmettre et à partager à travers vos cours? 

Cela m’est encore arrivé la semaine dernière : quand une élève me dit que la danse classique devient « agréable » grâce à mes corrections et astuces alors je me dis que c’est gagné ! C’est ce que j’essaie le plus de transmettre dans mes cours, le plaisir. A partir d’une discipline qui peut paraître « anti-naturelle » je m’efforce toujours d’expliquer la raison de chaque mouvement pour que tout devienne logique et donc agréable. Je vois beaucoup d’élèves obéir aux « règles » de la danse classique sans les comprendre, ce qui est tellement dommage ! Par exemple quand on a compris pourquoi il est plus logique de mettre son pied devant le genou dans une pirouette plutôt que derrière alors le mouvement devient facile et agréable.

Pour vous, quel est le point le plus important pour réussir? 

La persévérance ! Mon parcours en est l’exemple parfait ! La danse classique est une discipline très exigeante et tellement magnifique à la fois… Les moments de doute et de découragement sont nombreux mais quelle joie quand on arrive à les vaincre !

J’ajouterai aussi un autre point, spécialement pour les enfants qui veulent devenir professionnels : avoir un entourage familial qui est prêt à les accompagner, que ce soit moralement (croire en eux, savoir les encourager et les remotiver mais sans leur faire peser une pression trop lourde sur leurs épaules), logistiquement (les trajets en voiture seront nombreux!) mais aussi financièrement car la danse classique pratiquée à haut niveau coûte cher (cours particuliers, stages, concours, paires de pointes à changer très souvent…).

Que conseillerez-vous à tous les passionnés de danse? 

De toujours croire en leurs rêves ! Bien sûr tout le monde ne pourra pas être danseur professionnel, car en plus d’un travail acharné cela requiert des qualités physiques qui doivent être innées : un pied cambré, de longues jambes, une ouverture des hanches… Mais tout le monde peut se faire plaisir dans cette discipline, et ce quel que soit son niveau ! C’est une discipline qui donne confiance en soi, qui fait du bien à la fois dans le corps et dans la tête.

Le mot de la fin? 

« Lancez-vous » ! Quel que soit votre niveau la danse classique est une discipline géniale, mais il ne faut pas avoir peur de se lancer ! Se lancer pour son premier cours, ou se lancer dans la grande technique quand on fait de la danse depuis 15 ans, mais ne pas avoir peur !