Actualités

Delphine Jungman : l’interview Gaga !

Delphine Jungman : l’interview Gaga !

Que vous soyez danseur ou non-danseur profitez de la venue de Delphine Jungman, professeure certifiée Gaga Teacher, à l’Académie pour les vacances de février ! L’occasion de vous initier au Gaga/people, véritable thérapie du corps par le mouvement. Invitée d’Ohad Naharin au sein de la Batsheva Dance Company où elle obtient sa certification, Delphine Jungman est également directrice artistique de l’Association Milk Shake, partenaire du Gaga Movement en France et organisateur d’événements Gaga en région parisienne. En amont de sa venue dans nos studios, nous vous proposons de découvrir son interview ! Bonne lecture !

 

 

Bonjour Delphine, comment allez-vous ?

Bonjour, je vais bien merci !

 

Merci de nous accorder cette interview ! Vous démarrez votre aventure professionnelle en 2010, un an après obtention de votre DE. Qu’est-ce qui vous a dirigé vers la danse ?
 
J’ai grandi fascinée par la danse car mon père est danseur et j’adorais voir ses spectacles. Nous créions des spectacles de danse à la maison avec ma grande soeur avec le disque vinyle des morceaux du spectacle. Ensuite j’ai commencé mes premiers cours de danse et j’ai décidé d’en faire mon métier très jeune.
 
 
Et vers l’enseignement ?  
 
J’ai toujours aimé enseigner les pas, les mouvements que j’avais appris dès qu’on me le demandait. Je ne pensais pas devenir professeur de danse du tout mais finalement en suivant les cours de pédagogie du DE j’y ai pris goût car cela m’a donné des outils pour écrire mes cours. J’ai pris mon temps avant d’enseigner, d’abord de manière occasionnelle à Kolben Dance School, le soir dans l’école de la Compagnie où je dansais. C’était très agréable et en rentrant en France, de fil en aiguille j’ai eu de plus en plus d’opportunités pour donner des cours jusqu’à aujourd’hui où je donne beaucoup d’ateliers surtout à La Villette mais aussi pour le Festival d’Automne, Chaillot etc…
J’y transmet mon univers chorégraphique, les processus de création et les recherches du mouvement que je parcoure en tant que danseuse/chorégraphe.
 
 
Suite à votre apprentissage avec la Kibbutz Contemporary Dance Company, vous intégrez la Kolben Dance Company de Jérusalem en 2012. Pouvez-vous nous raconter cette période de votre parcours ? 
 
Cette période a été très intense. Jerusalem est une ville tellement paradoxale et complexe. Finalement mon expérience dans la Compagnie que j’attendais avec impatience est devenue seulement une partie de ma vie là-bas car j’ai rencontré plein d’artistes qui m’ont invité à performer dans les festivals, les évènements qu’ils organisaient ; Je me suis aussi mise à faire de la photographie, à peindre, à écrire…
 
 
[…] c’était incroyable d’avoir l’Opéra Garnier comme terrain de jeu pour tester les idées de James Thierrée, en planche à roulette sur les 3 étages et faire les vers de terre dans les grands escaliers de marbre !
 
 
 
 
En tant que chorégraphe, vous co-écrivez (et interprétez) un solo avec Tsaphira Stern Assal pour le Mouvement de la Femme (à Jérusalem), vous participez à l’écriture de Pièces sous la direction d’Ambra Senatore au CCN de Nantes, à la création de Frôlons de James Thierrée à l’Opéra Garnier, entre autres… Il y a t’il une expérience chorégraphique qui vous a particulièrement marquée ?
 
C’est trop difficile de choisir ! Tsaphira a dit #metoo avant l’heure et dans un contexte très religieux car sa pièce dénonçait les violences faites au femmes dans le milieu ultra orthodoxe. Ce rôle a été très émotif pour moi mais j’étais aussi fière que Tsaphira me l’ait confiée. Avec Ambra j’ai été très heureuse qu’elle m’accueille si généreusement dans son univers de création c’est une artiste que j’admire. Et Frôlons, c’était incroyable d’avoir l’Opéra Garnier comme terrain de jeu pour tester les idées de James Thierrée en planche à roulette sur les 3 étages et faire les vers de terre dans les grands escaliers de marbre !
 
 
Invitée par Ohad Naharin à vous entrainer avec la Batsheva Dance Company en 2016, vous y obtenez la certification Gaga Teacher. Comment s’est passée cette formation ? 
 
C’était mon rêve et j’ai été si heureuse qu’il accepte de me former, ces deux années passées auprès de lui et de la Batsheva m’ont appris énormément sur qui je suis en tant que personne et danseuse. Ohad est passionné et exigeant et très soucieux de parvenir à nous transmettre sa recherche. J’ai reçu son invitation fin 2015 mais je n’ai pu commencer à aller à Tel Aviv qu’en septembre 2016. À partir de là, j’ai fais des allers-retours régulièrement pour me former, au total j’ai passé un an sur place à prendre tous les jours les cours de la Compagnie, les cours de Gaga/people, les cours de Méthodics spécifiques à la formation Gaga Teacher ainsi que quatre stages intensifs incluant du répertoire d’Ohad Naharin. Pendant ces deux années j’ai été accompagnée par Bosmat Nossan, la directrice artistique de la formation, puis pour les derniers mois, également par Saar Harari le directeur artistique de Gaga Movement. De nombreux anciens danseurs de la Batsheva nous accompagnaient également pendant la formation. 
 
 
Directrice artistique de l’association Milk Shake (partenaire officiel du Gaga Movement en France), vous y dirigez et créez des stages et ateliers chorégraphiques et/ou d’improvisation. Comment vous est venue l’idée de ce beau projet ? 
 
En 2014 quand je suis rentrée à Paris, il n’y avait aucun cours de Gaga. Cela me manquait alors nous avons commencé à organiser des cours avec mon amie Wies Van Houplines qui est professeure de Gaga. Elle venait me rendre visite de Belgique, au début je n’invitais que des amis car nous ne savions comment cela allait être reçu. Nous nous sommes vite rendues compte que pas mal de danseurs avaient envie de découvrir le Gaga et nous avons organisés des stages de plus en plus souvent et de plus en plus conséquents en les ouvrant au public. Au fur et à mesure, j’ai commencé à proposer à d’autres danseurs/chorégraphes issus de compagnies internationales très peu présentes à Paris de transmettre également leurs matières et nous avons créés des stages intensifs avec tout cela. Nous avons profité du fait que les professeurs de Gaga soient de passage pour un stage pour qu’ils puissent également donner des cours de Gaga/people qui ont eus de plus en plus de succès. Aujourd’hui l’activité fonctionne toujours sous forme de stages mais il y a aussi plein de cours réguliers. 
 
 
Portée sur la danse-théâtre, vous proposez des ateliers de création auprès de comédiens et amateurs en situation de handicap. Le théâtre, une deuxième passion ? 
 
Disons qu’aujourd’hui il est devenu difficile pour un danseur d’ignorer le théâtre, on nous demande souvent de parler ou jouer sur scène, j’ai toujours aimé cette aspiration vers une écriture qui invite la danse, le texte, la musique dans la création. D’ailleurs avec mon collectif Gigapune, nous sommes censés écrire une pièce de danse mais pour l’instant c’est plutôt une pièce de théâtre car le texte à pris le pas sur tout le reste.
 
 
 
Pour présenter le Gaga à un néophyte [Ndlr.] : Je lui dirai que le mieux c’est qu’il vienne à un cours, sinon je peux en parler pendant des heures !
 
 
 
 
Comment parleriez-vous du Gaga et du langage développé par Ohad Naharin à un néophyte ? 
 
Je lui dirai que le mieux c’est qu’il vienne à un cours, sinon je peux en parler pendant des heures !
 
 
Gaga Movement / Ohad Naharin 1

Classe de Gaga/people © ASCAF

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Quels conseils donneriez-vous à un(e) élève en quête de la perfection ? 
 
Je ne pense pas que l’on puisse parler de perfection en danse, mais je mettrai en valeur son envie de se perfectionner, l’énergie qu’il ou elle va y mettre est ce qui développera sa palette de qualités au fil des années. 
 
 
Et si vous deviez résumer votre parcours quelques mots (ceux de la fin) ?
 
Je dirai que c’est mon goût de l’aventure et mon plaisir de partager qui trace ma route.
 
 
Merci beaucoup Delphine de nous avoir accordé de votre temps ! Au nom de toute l’équipe, nous sommes ravis de vous accueillir dans nos studios de danse pour le stage Gaga/people que vous animerez, du 26 février au 02 mars (+ atelier chorégraphique les 01 & 02 mars) au sein de notre Académie !
 
À très vite !