Actualités

Ballet 2.0 : Pourquoi les réseaux sociaux ne sont pas (que) vos amis

Ballet 2.0 : Pourquoi les réseaux sociaux ne sont pas (que) vos amis

Le ballet, né dans les mariages et fêtes de la Renaissance italienne a trouvé ses lettres de noblesse il y a près de 600 ans, fortement plébiscité à la cour et emmené par le Roi Soleil. Plus tout jeune donc, notre ballet adoré ! Et pourtant, nombreux sont les danseurs qui exercent leur passion au quotidien avec volonté et détermination (et qui le font savoir sur les réseaux sociaux) !

 

Montre moi comment tu danses, je te dirai qui tu es

 

Et parmi ces danseurs, jeunes et moins jeunes, nombreux sont ceux qui diffusent leurs performances, leurs entraînements ou leurs expériences de la danse grâce aux réseaux sociaux.

 

Renouveau ? Nouvelle proximité avec les publics ? Forme de démocratisation d’un art parfois peu accessible ? Pour le sûr, la danse s’offre une visibilité fraîche et

nouvelle et continue de faire rêver petits et grands.

Comme toute pratique, le ballet évolue donc avec son temps et s’expose sur Instagram avec une légèreté artistique, cassant petit à petit la rigueur qui lui colle à la peau depuis sa genèse.

Ainsi, nos réseaux sociaux préférés favorisent l’émancipation d’un art considéré (à tort) comme élitiste, inaccessible et exclusivement féminin. Sur certaines plateformes, l’inspiration se trouve à chaque nouveau scroll et l’actualité de la danse fait couler beaucoup d’encre (ou de pixels plutôt).

Chacun se voit libre de diffuser l’évolution de son travail avec chacun. On se demande conseil, on découvre, on partage…

Oui, dans le cas d’une utilisation raisonnée et d’une capacité à prendre un certain recul…

 

Reculer pour mieux danser

 

Les réseaux sociaux n’apportent pas que du positif. Il est très important d’en prendre conscience et de s’armer contre une dévalorisation de son propre travail et de ses compétences.

 

« Ce qu’elle fait est incroyable, je n’avais jamais vu ça avant…

mais comment fait-elle… et elle n’a que 9 ans ?! »

dixit votre amie qui vient de découvrir le dernier post d’une danseuse/influenceuse au million de followers.

 

Exemple type de l’effet de découragement et de dévalorisation liée à l’industrie Instagram : ce que je vois est exceptionnel, donc je suis moins doué(e).

ET POURTANT…

Nul se saura jamais dans quel contexte la pose incroyable attirant milliers de likes a été réalisée. Peut-être est-ce arrivé qu’une seule et unique fois ? Peut-être est-ce truqué (Photoshop bonjour !) ? Quoi qu’il en soit, tout le monde veut être meilleur que tout le monde, particulièrement sur ces réseaux. Vous n’y verrez donc que le meilleur, sans imaginer que, comme chez chaque être humain, il y a un pire.

Il est donc indispensable de ne pas se laisser intimider par tant de lumières. Ne laissez pas les médias sociaux entacher votre volonté, votre estime de soi et définir vos humeurs.

 

Danse et réseaux sociaux, bon ou mauvais mélange ?

 

Ni bon, ni mauvais !

Les réseaux sociaux sont une vrai source d’inspiration et de renouveau, d’échange, de partage…

mais attention !

Ne laissez pas le virtuel toucher votre sensibilité et votre motivation, il s’agit là d’une négativité inutile qui ne servira pas votre passion pour la danse.

Enfin, si vous êtes sur votre application préférée jusqu’au moment où débute la classe, et que vous y replongez dès lors que le cours est terminé, peut-être est-il temps de déconnecter pour quelque chose de plus censé… pourquoi pas la danse ? 😉

 

 

 

<<< Retour aux actualités de l’Académie